Baby-sitter


Baby-sitter, faire garder vos enfants après la crèche, l'école ou en soirée.

Un(e) baby-sitter garde vos enfants chez vous de manière ponctuelle ou régulière. Le ou la baby-sitter veille à la sécurité, au confort et au bien-être des petits dont il/elle a la charge en l’absence des parents. Il/elle aide les enfants dans la réalisation des actes de la vie quotidienne et mène avec eux des activités d'éveil (jeux, apprentissage de la vie collective...). Il/elle effectue l'entretien du cadre de vie des enfants (rangement des jeux utilisés, nettoyage de la table après le goûter...)

Qui appelle-t-on les "baby-sitters" ?


Le terme baby-sitter englobe de nombreuses typologies de profils qui vont des jeunes, aux personnes âgées en passant par les étudiants. Etre baby-sitter c'est avant tout la passion des enfants. C'est une activité accessible à tous dès lors que certaines régles élémentaires sont respectées. L'idée principale étant de fournir un service de garde en complément de celui principalement utilisé par les parents. Même si ce job est ouvert aux jeunes de moins de 18 ans, les familles préfereront remettre leurs enfants à des personnes majeures et si possible avec un peu d'expérience auprès des enfants. Chez les baby-sitters "doyen" on parlera surtout de papy-sitter ou de mamy-sitter, qui ont l'avantage d'assurer un relais affectif plus prononcé auprès des enfants, un prolongement des grands-parents quand le/la baby-sitter plus jeune pourrait faire office de relais du grand frère ou de la grande soeur.


A partir de quel âge peut-on être baby-sitter ?


Il est possible de travailler dès l'âge de 16 ans en tant que baby-sitter, quel que soit le type de contrat (CDI, CDD, contrat temporaire). Tout mineur souhaitant travailler doit obtenir un accord écrit d'autorisation de ses tuteurs légaux accompagné d'une pièce d'identité du tuteur légal signataire, sauf s'il est émancipé. Si, en tant que parent employeur vous souhaitez faire appel aux services d'un(e) jeune mineur(e), il sera particulièrement important de contrôler avec la plus grande vigilance les documents qui vous seront fournis.


Dans quelles situations avoir recours à un(e) baby-sitter ?


Gardez en tête que le baby-sitting est une solution de garde complémentaire à votre mode de garde principale. Vous pouvez parfaitement bénéficier d'une place en crèche tout au long de la semaine et avoir recours à un(e) baby-sitter pour venir récupérer l'enfant à la sortie de la crèche. Pour autant, solliciter les services d'un(e) baby-sitter à la place de la crèche pourrait être une solution particulièrement coûteuse et rendre le service de complèment de mode de garde hors de prix. Les services d'un(e) baby-sitter s'articulent donc autour d'un volume d'heures n'excédant pas 10 à 15 heures de garde par semaine. Le/la baby-sitter arrive en relais entre votre mode de garde principale et votre retour du travail.


Quelles activités peuvent-être proposées par un(e) baby-sitter ?


  • Assurer les trajets à l'école ou la crèche
  • Organiser des activités ludiques, éducatives, d'apprentissage ou d'éveil jusqu’au retour des parents
  • Aider les enfants dans leurs devoirs
  • Procéder à la toilette (donner le bain, toilette quotidienne, etc.)
  • Observer le comportement et l'évolution de l'enfant et d'en informer parents, familles et enseignants
  • Préparer et donner un repas ou une collation aux enfants
  • Accompagner les enfants aux activités extra-scolaires, mercredi, samedi et vacances
  • Garder les enfants quelques heures à l'occasion de sorties en amoureux ou en cas d'imprévu

Les principales qualités pour être un(e) bon(ne) baby-sitter.


AIMER LES ENFANTS. La qualité numéro un sans aucun doute. Garder les enfants des autres demande de la patience, des prises de responsabilité et du pragmatisme. Un bon contact avec les enfants est essentiel et ne s'apprend pas. Le baby-sitting est un métier d'échange, de partage et d'émotions partagées. Aussi, être baby-sitter c'est observer une relation salarié-employeur avec la famille pour laquelle on intervient. Il est donc primordiale d'être honnête, respectueux(se) des consignes et attentifs(ves) aux demandes et aux sollicitations de la famille. Un plus très apprécié par la famille c'est de faire du baby-sitting un moment d'apprentissage, d'éveil et de bien-être pour l'enfant, être créatif(ve) est un plus très apprécié, il ne faut jamais hésiter à lancer une nouvelle activité et à devenir un peu animateur(trice) auprès de l'enfant gardé.


Existe-t-il des formations qualifiantes pour devenir baby-sitter ?


Devenir baby-sitter n’exige aucun diplôme, ni aucun agrément : il faut avant tout aimer les enfants. Si toutefois, vous souhaitez travailler auprès de jeunes enfants dans une structure collective ou à domicile, vous devrez obtenir un diplôme d'Etat : le CAP petite enfance. Il fera de vous un(e) professionnel(le) qualifié(e) dans l'accueil et l'éveil des enfants. Le CAP petite enfance peut se préparer dans un lycée, en alternance dans un centre de formation continue, via une formation à distance ou par la VAE (Validation des Acquis de l’Expérience). Le BAFA (Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur) peut aussi vous aider à trouver du travail plus facilement.


Comment et combien payer un(e) baby-sitter ?


Il est possible de payer un(e) baby-sitter de différentes manières : par chèque, en espèce, par virement, par ticket CESU. Il n'existe pas un tarif unique pour les baby-sitters, cependant plusieurs critères sont à prendre en compte pour le calcul de la rémunération de garde d'enfants. Le salaire horaire d’un(e) baby-sitter est quoiqu'il en soit basé sur le SMIC horaire en vigueur. Il peut être majoré en fonction de multiples critères laissés libre à l'appréciation de la famille. A noter que le baby-sitting en agence est souvent mieux cadré en terme de rémunération baby-sitter.


Pourquoi un(e) baby-sitter doit être déclaré(e) ?


Déclarer c'est protéger et reconnaître le travail réalisé. Non, le travail au noir n'est pas moins cher. Non le travail au noir n'est pas "plus pratique". Non le travail au noir n'est pas plus avantageux. Ces fausses informations qui sont toujours majoritairement reprises par les familles et les baby-sitters sont dangereuses et infondées. En déclarant un(e) baby-sitter, la famille peut bénéficier d'une aide CAF CMG (Complément du Mode de Garde) pouvant assurer le remboursement jusqu'à 85% de la facture mensuelle de garde. De plus, la famille bénéficie d'une réduction d'impôt ou crédit d'impôt de 50% des sommes restant dues à chaque déclaration d'impôts. Au final, pour un besoin de garde classique réalisé par un(e) baby-sitter, la note peut être dérisoire (Moins de 100€ pour 10 heures de garde par semaine). Pour le/la baby-sitter, être déclaré c'est l'assurance d'être payé et de justifier d'une travail réellement réalisé qui valorisera les compétences et le savoir-faire à chaque heure de garde réalisée. Côté rémunération, il est parfaitement possible d'obtenir la même rémunération nette de l'heure que si le/la baby-sitter n'est pas déclaré. Cela doit être au préalable négocié avec la famille. Côté cotisation, la déclaration du travail effectué permet d'accéder à tous les droits sociaux et à cotiser pour la retraite. Autre avantage, à titre personnel, obtenir une fiche de paie permet d'obtenir l'accord d'un propriétaire pour accéder à un logement, un crédit ou réaliser des achats personnels coûteux (voiture, meubles, équipements, etc.). Tout simplement, avoir une vie plus stable et sereine. Autre avantage d'une importance capitale, être déclaré permet de justifier d'un éventuel accident de travail et de bénéficier des compensations liées. Inutile aussi de préciser qu'en cas de contrôle inopiné de la police, être déclaré et reconnu par la famille évitera beaucoup d'ennuis...